Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenu(e)s sur ce blog dédié aux mythes, contes et légendes classiques mais aussi à la fantasy et à la science fiction (notamment contes de SF et suites futuristes de légendes, dans mon livre "Les mémoires du Galaxytime").

Nazado (légende bretonne)

Nazado, légendaire ville engloutie des Côtes d’Armor serait située vers Erquy. Son emplacement exact varie selon les sources : au large d’Erquy, vers Pléneuf ou encore ancien hameau d’Erquy.

Dans le premier lien ci-dessous, cette page de Xavier Seguin, recensant des légendes de cités bretonnes englouties situe Nazado au large d’Erquy  https://eden-saga.com/atlantide-ys-nazado-halieis-tartessos-dorestad-vineta-scilly-dunwich-villes-englouties.html     il y est également question d’une grande pyramide blanche et d’un fleuve ancien du côté de l’antique version d’Erquy et de Nazado.

 

Une page du site web de la ville d’Erquy compare Nazado à la ville d’Ys et indique que Nazado avait subi une punition céleste car les hommes étaient distraits par la beauté des femmes de Nazado (le récit plus détaillé est consultable ici https://www.ville-erquy.com/culture-et-patrimoine/histoire/  )

 

Sur ce lien https://cdn.cotesdarmor.fr/espaces_naturels/espaces_nat/2018-le-cap-d-erquy.pdf  Nazado serait le nom de l’Erquy du temps des gallo-romains, le récit mentionne également que la beauté des femmes de Nazado amenait les hommes à délaisser leur travail. Cela causa la colère céleste et la submersion de Nasado. La légendaire Nasado (ou Nazado) serait donc la partie engloutie de l’ancienne Erquy.

 

Paul Sébillot (dans « Le Folklore de la France , tome II : la mer et les eaux douces », 1905, p.62-63) écrit :« Nasado » qu’il situe au large d’Erquy et attribue des vestiges gallo-romains locaux à la cité engloutie. Sébillot mentionne trois sources et versions relatant la légende de Nasado :

 1° Dans « Le roman d’Aquin » la volonté divine de punition par inondation maritime serait une réponse à la corruption des humains. (cf. Sébillot ci-dessus)

2° Chez Elise Binard (dans « Revue des traditions populaires » tome 12, P.219) les soldats et officiers de la garnison sont tellement subjugués par la beauté des femmes de Nasado qu’ils n’obéissent plus à leurs supérieurs. Ces derniers en sont furieux et Nasado subit alors un châtiment en se faisant recouvrir par les eaux. (cf. Sébillot ci-dessus)

3 Dans « Gargantua « (Sébillot, P.78) le fameux géant se rend à Nasado avec ses soldats. Ces derniers attirés par les femmes de la cité ne veulent plus repartir. Gargantua s’en va, dépité et Nasado est engloutie sous l’eau.    (cf. Sébillot ci-dessus)
Dans les versions 2 et 3 les supérieurs et Gargantua maudissent Nasado et l’engloutissement a lieu.

« Gargantua à Nasado » est un récit collecté par Sébillot (dans « Gargantua dans les traditions Populaires », Sébillot, 1883, pp 68,69,70.). Ce récit fut conté à Sébillot en 1882 par Aimé Cordon, un habitant de Plurien alors âgé de 24 ans. On y trouve les mêmes éléments que la version du 3) mentionné ci-dessus : les soldats de Gargantua qui désertent, Gargantua qui quitte la ville et maudit les déserteurs puis la submersion de Nasado. (Il reste donc loisible de faire un lien entre cette malédiction et l’inondation). Ce texte de 1883 mentionne aussi (p. 69) ceci : « Lorsque Gargantua était à Nasado, il se rendait à l’hôtel quand il avait besoin de manger, et les jours où il n’avait pas grand faim on lui servait à chaque repas un veau entier et une barrique de cidre ».

 On y apprend aussi que lorsque Gargantua en Angleterre traversa la Manche pour aller en France, il arriva à Nasado et enleva des gravelles coincées dans son soulier. Cela correspondait à de nombreuses charrettes de pierre qui tombèrent dans les environs et formèrent des digues locales, selon Sébillot encore observables à Plurien. Il me semble s’agir du marais de Sables d’Or, dans la lagune de Plurien (commune voisine d’Erquy). (mentionné ici https://www.benoitreveur.info/article-35727666.html )

François Habasque (dans « Notions historiques, géographiques, Statistiques et agronomiques sur le littoral du département des Côtes-du-Nord », tome 3, 1836, Guingamp)   mentionne des médailles antiques  qui auraient été retrouvées à Erquy, notamment au Hameau du Pussoir : ce serait l’emplacement de Nasado selon les habitants du coin. Habasque relate que selon les gens locaux la submersion serait une punition envers des mœurs dépravées mais Habasque semble très sceptique et semble douter de l’authenticité de cette légende. Habasque mentionne les divers vestiges antiques locaux mais pour Habasque le hameau du Pussoir ne peut pas constituer une trace de ville engloutie. Selon Habasque Nasado est le nom que les habitants donnent à l’ancienne Erquy (Reghinae). 

Ce billet de blog ne vise pas à traiter des vestiges gallo-romains d’Erquy, mais de la légende de Nazado. Des trouvailles de nombreux vestiges gallo-romains dans le hameau/quartier du Pussoir/Pussoue/Pussoer sont évoquées chez Habasque ou par exemple ici http://marikavel.org/bretagne/erquy/accueil.htm  ( ajout 1843 par Marteville et Varin au dictionnaire breton d’Ogee qui mentionne des mosaïques et autres vestiges romains retrouvés au Pussoir et qui situe Nasado au Pussoir).  

Si les textes anciens parlent d’engloutissement par les flots déchainés, il peut s’agir aussi bien de la mer que d’eau douce. Par conséquent, la clé de l’énigme Nazado pourrait-elle se trouver quelque part du côté du « Lavoir du Pussouer » ? (Lavoir du pussouer visible ici https://sites.google.com/site/dansesderquy/animation-enfants/les-lavandieres    )

Selon Héloise Mozzani (dans « Légendes et mystères des régions de France, 2016, Ed.Robert Laffont) Nazado serait située dans le triangle formé par le cap d’Erquy, le Plateau des Jaunes (au large) et la pointe de Pléneuf.

                        Et après ?

Au moment d’imaginer et écrire « La sirène-dragon de La Latte » (récit de science-fiction intégralement disponible ici   https://www.benoitreveur.info/2019/02/la-sirene-dragon-de-la-latte.html ) je me suis inspiré de Nasado dans le passage décrivant des hommes-crabes dans une cité engloutie quelque part au large de Sables d’Or  (Sables d’or/Plurien se trouvant à côté d’Erquy).  Dans un univers de fiction futuriste il reste loisible d’imaginer une ville sous-marine qui sera(it) construite par des robots en s’inspirant de Nazado. Cette cité subaquatique futuriste, pourra(it) même se situer au large de Sables d’Or et s’étendre jusqu’à Pléneuf ou même Saint Brieuc. Que la ville sous l’eau soit créée de toutes pièces à cet endroit par des robots ou qu’elle y soit bâtie par-dessus d’éventuels vestiges antiques locaux retrouvés sous la mer par des machines du futur ou qu’il s’agisse d’une ville subaquatique habitée par des humains locaux depuis sa légendaire submersion, ce serait dans tous les cas une cité sous-marine quelque part au large de Sables d’Or et d’Erquy. Dans ce même esprit de science-fiction, on peut même imaginer que selon certains habitants du futur, des hommes-crabes et des robots de Nazado se seraient parfois aventurés dans le marais de Sables d’Or en arrivant par l’Islet et en passant devant l’ilot Saint Michel.

Toujours dans cette veine science-fiction on peut très bien imaginer que des robots habitant Nazado auraient livré des batailles sous-marines afin de repousser les assauts des hommes-crabes.

En outre, il reste aussi loisible de rêver que le légendaire Gargantua reviendrait à Erquy dans une époque future et tenterait de se rendre à Nasado : le grand bonhomme se souviendrait sans doute de ses soldats qui l’ont abandonné avant la submersion de Nasado. Le célèbre géant leur aura-t-il pardonné d’avoir brusquement quitté leur poste ? Dans tous les cas Gargantua ne résisterait pas à l’envie de savoir ce que ses hommes sont devenus. Pour cette raison, ce gigantesque bonhomme se rendrait alors vers le cap d’Erquy, en marchant les pieds dans l’eau afin de se diriger vers la ville qu’il a probablement vue se faire submerger autrefois. Gargantua arrivant avec ses gros sabots n’aurait sans doute pas beaucoup de temps pour se remémorer cet épisode puisque des robots subaquatiques habitant la Nasado futuriste s’agglutineraient sous les pieds de Gargantua afin de le soulever un peu comme des liliputiens le feraient d’un Gulliver. De ce fait le géant trébucherait et boirait la tasse en tombant la tête la première. En se relevant, Gargantua tournerait les talons tout en regagnant la terre ferme puisque les robots subaquatiques de Nazado ne semblaient pas vouloir de lui. Quittant Erquy en marchant vers d’autres contrées, Gargantua ne cesserait pas de pester contre ces robots subaquatiques et ne saurait jamais si ces robots auraient été crées par ses anciens soldats, par leurs descendants ou par quelqu’un d’autre. Le géant ne saurait pas non plus si ses anciens soldats ont péri noyés lors de la submersion ou sont devenus des habitants de la ville engloutie (par exemple ils auraient pu s’équiper de scaphandres ou d’outils magiques de respiration sous l’eau). D’autres versions futuristes pourraient aussi affirmer qu’en fait les hommes-crabes, et non les robots, auraient mis Gargantua en fuite en lui pinçant les mollets quand il marchait dans la mer. Les habitants de la région se souviendraient longtemps en riant d’avoir vu le géant hurlant et pestant en sortant de l’eau tout en tentant laborieusement de décrocher les pinces d’hommes-crabes accrochées à ses jambes : selon certaines rares versions ultérieures au 21ème siècle les robots  subaquatiques ont peut-être eu pitié de lui et ont décroché les pinces avec leurs canons lasers tout en signifiant au géant de ne plus approcher leur cité sous-marine …

Il y a probablement d’autres choses à dire sur la légende de Nazado

Texte écrit par Benoit Rêveur le 07 septembre 2021

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article