Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 00:31

 

La nymphe Aréthuse est fille de Doris et de Nérée. Elle fait donc partie des néréides malgré de possibles différences avec certaines de ses sœurs …. Une des Hespérides porte également ce nom. Cet article traitera uniquement de la nymphe.

(Le livre II, chapitre V, de la bibliothèque d’Appolodore l’athénien , au moment de relater le onzième des travaux d’Hercule/Herakles (les pommes d’or du jardin des Hespérides), mentionne le nom des quatre Hespérides , dont Aréthuse).

 

Les péripéties de la nymphe : résumé

Aréthuse à la grande beauté faisait partie du cortège de Diane/Artémis (avec qui elle avait en commun le fait de ne pas chercher à avoir des aventures avec des hommes). Le dieu-fleuve Alphée avait des vues sur la nymphe. Cette dernière se trouvait au bord de l’eau de la forêt Stymphale. Aréthuse ne partageait pas son attirance et chercha donc à fuir son poursuivant qui venait de se transformer en humain. Elle invoqua Artémis puis fut changée en fontaine à force de transpirer (elle redoutait les possibles assauts de l’entêté prétendant). La divinité fluviale redevint eau, afin de fusionner avec la néréide métamorphosée. Le dictionnaire de mythologie de Grimal nous rappelle que selon une autre légende, Alphée épris d’Artémis fut éconduit par cette dernière. Il ne la reconnut pas car elle avait mis de la boue sur son visage. Dans une autre version, elle aussi relatée par Grimal, Alphée poursuivit Artémis jusque sur l’ile d’Ortygie.

Concernant les autres néréides j’avais écrit un article sur le sujet ici http://benoitreveur.over-blog.com/article-les-nereides-118497905.html

Chez Homère

Dans l’Iliade le fleuve Alphée inonde souvent les terres des pyliens. On peut y lire également que le dieu fleuve Alphée est père d’Orsiloque (qui enfanta ensuite Dioclès).

Dans le chant XIII de l’Odyssée, il est fait mention d’une roche coracienne /rocher de Corax situ(é)e non loin d’une fontaine Aréthuse : ce serait là qu’Ulysse pourrait trouver Eumée. (Sauf erreur de ma part il s’agirait ici d’une fontaine homonyme à Ithaque, probablement de la Cypara recensée par Etienne le géographe, comme expliqué dans le « grand dictionnaire géographique et critique »).

Chez Hésiode
Dans « les travaux et les jours » , il est fait mention des traits et de l’arme d’Aréthuse et de sa redoutable réputation forestière.
La théogonie présente Alphée comme fils de Téthys et d’Océan.

Chez Virgile

Dans les bucoliques X, le début évoque Aréthuse dont les eaux coulent sous les flots de Sicile.

Chez Diodore de Sicile

Dans l’ « histoire universelle » de Diodore, Tome UN livre V, 3, on apprend que Syracuse serait consacrée à Diane et que des nymphes auraient fondé une fontaine Aréthuse en hommage à Diane sur l’ile d’Ortygie. On peut y lire ensuite que cette fontaine regorgeait de poissons consacrés à Diane. Ceux qui touchèrent aux poissons furent punis par la divinité.

 

 

Dans les métamorphoses d’Ovide
Dans le chant V il est d’abord question de la proximité géographique des eaux d’Aréthuse avec le lac Cyané. Plus loin dans ce même chant Aréthuse raconte pourquoi elle quitta l’Elide et pourquoi elle devint une source sacrée. Elle affirme ne pas avoir tiré parti de sa grande beauté lorsqu’elle faisait partie des nymphes de l’Achaie : pour elle le don de plaire constituait un crime. Un jour, en revenant de la forêt de Stymphale elle se baignait dans un ruisseau quand Alphée chercha à la capturer du fond de l’eau. La nymphe chercha à fuir mais il la poursuivit. Elle parvint au mur d’Orchomène et passa le mont Cyllène , le Ménale et Erymanthe avant d’arriver en Elide. Alors que la fatigue s’emparait de la nymphe, Alphée la rattrapa. Aréthuse invoqua Diane dont elle avait souvent porté les flèches et le carquois. La déesse fit apparaitre un nuage qui dissimila la nymphe. Cette dernière, craignant d’être découverte et capturée, transpira tellement qu’elle se retrouva changée en fontaine. Alphée comprit ce qui venait de se passer et adopta à nouveau la forme d’un fleuve afin de mélanger ses eaux avec celles d’Aréthuse. Diane pratiqua une ouverture dans le sol. Les eaux d’Aréthuse s’écoulèrent sous terre vers l’Ortygie (avant de reparaitre à ciel ouvert sur l’île). Une fois le récit de la nymphe terminé, la déesse des moissons partit sur son char tracté par deux dragons.

Chez Strabon

Dans la géographie de Strabon, livre VI , chapitre 2 (sur la Sicile et les îles Lipari ). Ortygie est décrite comme une île reliée à Syracuse par un pont. Le texte mentionne la fontaine Aréthuse et explique que selon certains mythographes, cette fontaine serait reliée au fleuve Alphée provenant du Péloponnèse et arriverant à Ortygie par voie souterraine. On dit qu’une coupe jetée dans le fleuve Alphée en Grèce serait ressurgie dans la fontaine Aréthuse sur l’île d’ Ortygie. Strabon affirme toutefois que la chose lui semble impossible sans se mélanger à l’eau de mer. Il estime donc qu’il s’agit uniquement d’une fable.

Chez Pline

Dans le livre XXXI de l’histoire Naturelle de Pline on peut lire que la fontaine Aréthuse aurait un goût de fumier pendant les jeux olympiques, cela découlerait de la supposée trajectoire souterraine du fleuve Alphée se jetant dans la fontaine.

 

Chez Pausanias le périégète (dans sa « description de la Grèce » livre V, section VII) :

Chez Pausanias on apprend qu’Alphée serait chasseur lui aussi et que la passion qu’Aréthuse avait pour la chasse faisait qu’elle préférait y consacrer toute son énergie plutôt que de penser aux hommes. Ce passage explique également que, selon la légende, Aréthuse ne se sentant pas attirée par Alphée s’enfuit vers l’ile d’Ortygie et qu’Alphée, se consumant d’amour pour elle, se transforma en fleuve afin de s’unir à Aréthuse devenue fontaine. On peut ensuite y lire que ce mélange des eaux est confirmé par l’oracle de Delphes. Selon Pausanias, cette caractéristique aquatique serait à l’origine de la fable. Toujours dans ce même passage consacré, entre autres, aux jeux olympiques, Pausanias explique qu’il existerait en Ionie un autre fleuve présentant les mêmes caractéristiques que l’Alphée.

Dans les dialogues marins (de Lucien)

Dans ce texte de Lucien de Samosate, le troisième dialogue se déroule entre Poséidon et Alphée. Ils expliquent qu’Alphée traverse la mer sous la terre pour aller se jeter dans sa fontaine bien aimée nommée Aréthuse. Neptune quitte Alphée en lui conseillant de mêler ses eaux à celles d’Aréthuse à condition d’avoir l’accord de cette dernière et , le cas échéant, il leur conseille de fusionner de manière à ne faire plus qu’un.

Fontaine Aréthuse

Comme l’indique la fin de la métamorphose, on dit souvent que le fleuve Alphée en Grèce traverserait la mer par voie souterraine pour se jeter dans la source Aréthuse dans le secteur de la Sicile (très exactement sur l’ïle d’Ortygie). Sur certaines pièces de monnaie figurait la tête d’Aréthuse aux côtés de poissons. De nos jours, la fontaine Aréthuse située sur l’ile d’Ortygie constitue un lieu touristique dans l’actuelle Syracuse.

Toutefois divers auteurs mentionnent diverses « fontaines Aréthuse » : Pline en mentionne une en Béotie (dans son « histoire naturelle » , livre IV , 12) et une autre en Eubée ( également mentionnée par Strabon : à Chalcis en Eubée , in « Géographie », X -1 - 13). Le « dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques grecs et latins » (par F. Sabbathier) nous rappelle , sur cette même page que Selon Diodore de Sicile les poissons de la fontaine Aréthuse étaient sacrés car voués à Diane , par conséquent personne n’osait les toucher.

En outre un film d’Ingmar Bergman S’intitule « la fontaine d’Aréthuse ».

Autour de ce mythe

Dans l’article intitulé « la légende des amours d’Aréthuse et d’Alphée « , A Tomsin évoque une tradition liée à Moschus, colportant une version assez différente de celle mentionnant une métamorphose d’Aréthuse. Tomsin nous rappelle que parmi les traces intertextuelles antiques liées à ce mythe, il y a le thème de la pureté de l’eau, notamment chez Virgile. La suite de son article explique que le thème des amours lointaines inspira aussi d’autres poètes anciens avant de mentionner un possible lien thématique avec le mythe d’Hero et Léandre : le thème des amants que la mer n’a pas pu séparer.

Il me semble que la fin du mythe d’Aréthuse, lorsqu’Alphée redevient élément liquide pour s’unir physiquement à Aréthuse symbolise probablement l’union charnelle, ici illustrée par l’échange des fluides (et par la fusion évoquée chez Lucien). C’est de cette manière que je crois comprendre la phrase du dictionnaire Belfiore qui écrit qu’Alphée voulait unir ses eaux à celles de la fontaine Aréthuse. Ces métamorphoses me semblent aussi pouvoir plus ou moins illustrer les capacités changeantes et protéiformes du désir et de la séduction.

Le mythe d’Alphée et Aréthuse a inspiré de nombreux artistes.

Bien entendu cet article comporte sans doute son lot d’erreurs, omissions et/ou approximations.

Ci-dessous en illustration : « Alphée et Aréthuse » œuvre du peintre Carlo Maratta (1625 -1713) source image https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alpheus_and_Arethusa_01_-_Carlo_Maratta.jpg

Bibliographie :

« Les métamorphoses « , Ovide

Hésiode ; théogonie, les travaux et les jours

Homère, l’Iliade et l’Odyssée.

« La légende des amours d’Aréthuse et d’Alphée « , A Tomsin , ( in l’antiquité classiqué , année 1940, volume 9, numéro 1 , P 53-56)

Le « dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques grecs et Latins (par F. Sabbathier

Lucien de Samosate : Dialogues marins.

Strabon, Geographie

Pausanias : description de la Grèce.

Pline : histoire naturelle.

Dictionnaire de mythologie grecque et Romaine : Joel Schmidt
Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine. P. Grimal

Grand dictionnaire de la mythologie grecque et romaine , JC Belfiore, Larousse.

Grand dictionnaire géographique et critique , Bruzen de la Martinière.

 

 

 

Aréthuse (mythologies grecque et romaine)

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoitreveur - dans Mythes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cestbeaulesreves
  • cestbeaulesreves
  • : bienvenus sur ce blog dédié aux mythes, contes et légendes classiques mais aussi à la fantasy et à la science fiction (notamment contes de SF et suites futuristes de légendes, dans mon livre "Les mémoires du galaxytime").
  • Contact

Recherche

Thèmes