Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 18:23

 

 

 

Ce conte des frères Grimm reste assez méconnu de nos jours.

C’est l’histoire d’un homme pauvre ayant 4 fils. Une fois ces derniers arrivés à l’âge adulte, il leur dit : « mes chers enfants, maintenant vous devez partir découvrir le monde, car je n’ai rien à vous donner. Partez dans des contrées lointaines et apprenez un métier, voyez comment vous pouvez suivre votre vocation ». Après avoir pris leur bâton de marche et salué leur père , ils quittèrent les portes de la ville. Après quelque temps de voyage, ils se trouvèrent sur un carrefour se divisant en 4 chemins différents. L’aîné déclara : « il faut se séparer ici, mais dans 4 ans jour pour jour, nous nous retrouverons à cet endroit, entre temps nous chercherons notre destinée ».

Chacun des 4 frères emprunta donc un chemin différent.

L’aîné rencontra un homme qui lui demanda où il allait et ce qu’il comptait faire. « Je veux apprendre un métier » répondit-il. L’homme lui répondit « viens avec moi et deviens un voleur ».  Le frère aîné répondit  « non ce n’est plus un métier considéré comme respectable et c’est le meilleur moyen de finir à se balancer sur une potence ». L’homme lui répondit « Oh, pas besoin de craindre la potence, je t’apprendrai juste à prendre des choses dont aucun autre homme ne peut s’emparer, et personne ne s’en apercevra jamais ».  Le frère aîné accepta et apprit donc à devenir un voleur accompli, d’une dextérité à toute épreuve, aucun objet convoité ne lui résistait.

Le deuxième frère  rencontra lui aussi un homme lui demandant ce qu’il comptait apprendre. « Je ne sais pas encore » répondit-il , l’homme lui proposa « alors viens avec moi et deviens astronome, il n’y a rien de mieux car aucune chose n’échappera à ta vue ». L’idée lui plut et il devint donc un astronome si compétent que lorsqu’il eut tout appris et se trouvait sur le point de reprendre sa route, son maître lui donna un télescope en lui expliquant « avec ça tu peux voir tout ce qui se passe sur terre et dans les cieux et rien ne peut rester caché à tes yeux ».

C’est un chasseur qui donna une formation au troisième frère et lui enseigna si bien que ce frère devint un chasseur aguerri. A son départ, son maître lui donna un pistolet et expliqua «  il ne te trahira jamais, quelle que soit ta cible, tu es certain de la toucher ».

Le plus jeune frère rencontra également un homme lui demandant ce qu’il comptait faire. « N’aimerais tu pas être un tailleur » lui demanda cet homme. «  Pas que je sache » répondit le jeune qui poursuivit « être assis le dos plié du matin au soir, manier l’aiguille dans tous les sens, c’est pas ma tasse de thé ».  « Oh mais tu dis ça par ignorance : avec moi tu apprendrais autrement le métier de tailleur, de façon respectable, propre et honorable  » conclut l’homme. Le jeune se laissa convaincre, et , aux cotés de l’homme il apprit le métier dès les moindres rudiments. Lorsque leurs routes se séparèrent, il donna une aiguille au jeune et lui dit « avec ça tu peux coudre tout ce que tu veux, que ce soit léger comme une plume ou dur comme l’acier, tu en feras une étoffe ne révélant aucune  trace de couture ».

Lorsque la date des 4 ans fut arrivée, les 4 frères se retrouvèrent en même temps au fameux carrefour, ils se donnèrent l’accolade et après les salutations rentrèrent ensemble chez leur père. « Maintenant le vent vous a ramenés à moi » déclara ce dernier, content de les revoir. Chacun des frères lui raconta ce qu’il avait vécu et appris.  Tous se tenaient assis devant la maison devant un grand arbre quand leur père leur expliqua « je vais tous vous tester  et verrai ce que vous pouvez faire ». S’adressant au deuxième fils, il poursuivit «  entre deux branches au sommet de cet arbre se trouve un nid de pinsons, dis moi combien d’œufs y sont ». L’astronome pris sa longue vue, regarda et informa « il y en a 5 ». Le père se tourna ensuite vers l’aîné «  vas chercher les œufs sans déranger l’oiseau qui les couve ». Le voleur habile grimpa et prit les œufs sous l’oiseau qui ne s’aperçut de rien et resta assis calmement. Le frère ramena  les œufs à son père. Ce dernier disposa les œufs à chaque coin de la table et plaça le cinquième œuf au milieu puis demanda au frère chasseur « en un seul tir tu dois couper chaque œuf en deux parts égales ». Le chasseur visa, et tira une seule fois : les cinq œufs étaient découpés comme le souhaitait le père. Il devait avoir une poudre spéciale qui tournait les tirs dans les angles.

Puis le père regarda vers le plus jeune frère, et reprit « maintenant à ton tour, tu dois recoudre les œufs et les oisillons s’y trouvant et tu dois le faire de façon à ce qu’ils ne soient pas blessés par le tir ». L’habile jeune frère saisit son aiguille et réussit le travail de couture tel que demandé par son père. Ensuite le voleur remit les œufs dans le nid, sous l’oiseau assis qui ne remarqua rien. Quelques jours après, lors de l’éclsosion des œufs , les oisillons étaient en parfaite santé, on remarquait toutefois une ligne rouge leur venant de leur petite aventure prénatale.

Le vieux père dit à ses 4 fils « bien, vous devez vraiment être loués aux cieux, vous n’avez pas gaspillé votre temps et avez appris de bonnes choses. Je ne puis dire lequel de vous mérite le plus de louanges, pour cela il faudrait une nouvelle occasion de démontrer vos talents ».

 

 

source image filomena.lucas.free.fr

 

Peu de temps après, il  y eut un grand tumulte dans le pays car la fille du roi venait d’être kidnappée par un dragon. Le roi, très inquiet nuit et jour, en vint à déclarer que quiconque délivrerait sa fille obtiendrait sa main. Les 4 frères se concertèrent : « pour nous ce serait une bonne occasion de montrer nos aptitudes ! »  ils décidèrent d’aller ensemble sauver la fille du roi. L’astronome affirma « je saurai bientôt où elle se trouve » , scrutant l’horizon avec son téléscope, et lança « je la vois déjà , elle est loin d’ici sur un rocher dans la mer, le dragon est juste à coté à la surveiller ». L’astronome se rendit chez le roi et lui demanda un navire pour lui et ses 3 frères. Ils naviguèrent tous quatre à destination de ce rocher. L’héritière royale se trouvait assise sur cette roche, le dragon dormait allongé sur les genoux de la fille.  Le chasseur s’écria « je n’ose pas faire feu, je risquerais de tuer  la jeune fille en même temps ». Le frère voleur vint à la rescousse  en ajoutant « dans ce cas je vais essayer mon art ». Il se glissa habillement et la déroba de sous le corps du dragon, avec un calme et une dextérité tels que le monstre ne sentit rien et continua de ronfler. Fous de joie, les 4 frères habiles amenèrent la fille dans le bateau. Ils firent cap vers le large.

Mais le dragon à son réveil remarqua l’absence de la fille, les suivit en fendant les airs avec son corps et ses grognements. Il volait en décrivant des cercles autour de l’embarcation , prêt à piquer dessus ;  c’est alors que le chasseur arma son canon sur son épaule et ouvrit le feu sur le cœur du dragon. Le monstre tomba raide mort, mais sa taille et sa puissance, dans sa chute, firent voler le navire en éclats. Mais heureusement, nos 4 frères et la fille purent s’agripper à quelques planches afin de  continuer de flotter. Le tailleur grâce à sa merveilleuse aiguille fit des coutures reliant les planches entre elles, il reconstruisit ainsi tout le bateau en assemblant à nouveau tous les morceaux du vaisseau qu’il venait même de rendre encore plus aérodynamique qu’avant, ce qui leur permit de rentrer  sains et saufs au bercail plus tôt que prévu. 

 

 

 

Lorsque le roi revit sa fille, l’heure fut aux réjouissances. Il dit aux 4 frères : « un de vous doit l’épouser, mais vous devez vous accorder pour  déterminer duquel d’entre vous il s’agit ».   Une discussion animée survint alors parmi les 4 frères, puisque chacun revendiquait son mérite.  L’astronome rappela «  si je n’avais pas localisé la princesse , tous vos talents et métiers n’auraient servi à rien , donc sa main me revient ».  Le voleur rétorqua :  « à quoi aurait servi ta vue si je ne l’avais pas sortie de sous le dragon ? Donc elle est à moi » . Le chasseur précisa «  vous et la princesse, vous tous auraient été mis en pièces par le dragon  si ma balle ne l’avait pas terrassé, donc elle est à moi ». Le tailleur intervint «  si par mon art je n’avais pas rafistolé le bateau, vous auriez tous péri misérablement, donc elle me revient ».  C’est alors que le roi donna son verdict : « chacun de vous a un droit égal, et puisque vous ne pouvez tous avoir la promise, aucun de vous ne l’aura, mais je vous donnerai à chacun un demi royaume en récompense ». Les 4 frères étaient satisfaits de cette décision et affirmèrent «  c’est préférable ainsi à si nous devions être en désaccord entre nous ».

Ainsi chacun reçut une moitié de royaume et ils vécurent avec leur père dans un  grand bonheur tant qu’il en plut à Dieu.

FIN

PS 1 : je crois clair que ce conte regorge de sens cachés…

PS2 : je me demande dans quelle mesure ce conte a pu ou non inspirer Tolkien dans l’écriture de la nouvelle « le fermier Gilles de Ham ».


source image : 
chani-delivresetdepice.blogspot.com


NB : il s’agit ici de ma tentative de retranscription résumée de ce conte et non d’une version intégrale puisque j’ai zappé deux ou trois petits détails. Pour cet article  je me suis fondé sur l’édition anglaise intitulée « The complete Grimm fairy tales » (le titre anglais du conte est « the four skillfull brothers ») . Il existe ,  du moins je crois,  une à deux récentes versions françaises complètes de ce conte. Bien entendu le plus intéressant serait de lire directement la version allemande écrite par les frères Grimm.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoitreveur - dans Contes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cestbeaulesreves
  • cestbeaulesreves
  • : bienvenus sur ce blog dédié aux mythes, contes et légendes classiques mais aussi à la fantasy et à la science fiction (notamment contes de SF et suites futuristes de légendes, dans mon livre "Les mémoires du galaxytime").
  • Contact

Recherche

Thèmes