Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 20:01

 

 

 

 

Trouvant que le blog manquait un peu de créatures marines, j’ai pensé que l’été donnerait l’occasion de parler de la serre,  cette créature si peu présente dans les œuvres du fantastique moderne. Pourtant ce monstre des mers aurait des chances de « déchirer grave » dans une histoire ou jeu d’heroic fantasy.  (1)

Une serre (du poisson elle ne garde ici que l’appendice caudal..)

source image Wikipédia

DESCRIPTION

Une des plus tardives et fréquentes représentations de la serre/scie reste celle d’un mix entre poisson et dragon. Il s’agit alors d’un hybride marin doté de deux grandes ailes et d’un aileron dorsal, tous trois capables de faire sombrer un navire en sectionnant sa coque.   Pour beaucoup cette version correspondrait à celle nommée « scie », la ressemblance avec le poisson-scie étant donnée….

Mais ce monstre des mers a pris d’autres formes au moyen-âge. Certains l’auraient parfois décrit avec une tête de lion (chez Philippe de Thaon) ou d’oiseau, parfois avec des plumes sur les ailes. A l’instar du dragon, certaines versions de la serre auraient même possédé des pattes griffues.

ATTRIBUTS ET MŒURS

La serre pourrait voler au dessus des mers, voire y retenir les vents avec ses grandes ailes (afin de priver les voiles des bateaux du vent nécessaire). Attaquer navires et naufragés constituerait en effet un de ses passe –temps favoris. Mais, comme beaucoup de bestiaristes le soulignent, lorsque la serre « fait la course » avec un bateau,  en général elle abandonne assez rapidement. La serre passe donc pour plus « baltringue » que le dragon ou que le léviathan, en termes de « monstre dangereux ».

BACKGROUND:

Beaucoup attribuent la création de la serre à Pline l’ancien, (et parfois aussi du Kraken), voulant vérifier j’ai donc consulté le livre 9 de son « histoire naturelle » (chap. « les animaux marins »), et , j’ai peut être de l’excrément d’oiseau dans les yeux, mais franchement,  je ne vois pas ce qui permettrait d’affirmer que Pline aurait été le premier à mentionner ces monstres marins….. (contrairement à ce qu’affirme wiki)

Je vais donc faire reposer ma chrono  sur un des bestiaires les plus anciens , servant souvent de référence et d’inspi aux bestiaristes médiévaux.  Je demande donc  le…. Physiologos (on ne présente plus ce bestiaire chrétien datant au moins du Xè siècle, mais remontant vraisemblablement à bien avant…)

Ce bestiaire la nomme « scie », il y est écrit :

« il y a un animal ‘scie qui a de grandes nageoires . lorsqu’il voit un bateau en train de naviguer, il se met à imiter ce que fait le bateau : il élève ses nageoires et commence à naviguer lui aussi, en rivalisant avec les bateaux qui naviguent. Mais au bout de vingt stades, il s’épuise, et quand il est épuisé, il replie ses nageoires contre son corps et les flots l’entraînent dans son élément naturel » 

 (in « Physiologos », chap.39 paragraphe 1, traduction française de Arnaud Zucker)

Guillaume clerc , dans son « Bestiaire divin » (12è siècle) , nous livre une version plutôt inspirée et revisitée du physiologos

«  Il existe une bête que l'on nomme Serre, et dont le gîte ne se trouve pas sur la terre, mais au fond de la vaste mer ; cette bête n'est pas de petite taille, mais au contraire son corps est très volumineux ; elle possède de grandes ailes. Quand elle voit des nefs et des dromons faire voile sur la mer, elle déploie ses ailes au vent, et fait voile de toute la vitesse dont elle est capable en direction du navire ; le vent la porte au-dessus des ondes salées et profondes. Elle vole longtemps de cette manière, jusqu'à ce qu'il ne soit pas possible d'aller plus loin ; alors elle retombe et s'avoue vaincue, et la mer l'absorbe et l'engloutit en l'attirant tout au fond. Les marins qui naviguent à travers les mers souhaitent ne jamais la rencontrer, car elle constitue un grand péril de mer, et elle cause souvent la perte des navires qu'elle parvient à rattraper »

(in « le bestiaire divin » Guillaume clerc de Normandie)

Guillaume dote ici la serre d’un repaire, comme toute créature « qui se respecte » et se voit digne d’ alimenter les légendes et l’imagination…

 A quand un téléfilm estival sur le « repaire  subaquatique de la serre » ? -)

Dans « le bestiaire d’amour » (Richard de Fournival) et dans « la réponse de la dame » (anonyme), tous deux imprégnés de l’amour courtois médiéval, on trouve le thème du rival amoureux. Dans le second ouvrage la dame « devant choisir » semble ici comparée à la serre (chez Fournival c’est le rival favori de la dame qui est comparé à la serre , l’amoureux éconduit exprimant ici des doutes sur sa fidélité envers la dame).

Je trouve que le paragraphe 2 du chapitre que le physiologos a consacré à la serre se montre riche en indices divers concernant la symbolique de la serre qui abandonne sa course, bien au delà de son explication de l’allégorie du paragraphe 1, puisque ce genre de texte me semble posséder plusieurs niveaux et axes de lecture……

 Et , sans se limiter au physiologos, je crois la chose beaucoup plus complexe que les  classiques explications symboliques de la serre livrées par wiki et  quelques autres ouvrages  (concernant les thèmes de la persévérance, de la fidélité etc..……)

Note (1) Je ne voudrais pas affirmer,  mais je crois avoir vu une créature assez ressemblante dans un des « final fantasy » (à confirmer toutefois auprès des hardcore gamers….).

      biblio : l'interessant bestiaire de Josy Marty Dufaut sur les animaux réels et mythiques du moyen âge

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoitreveur - dans Mon petit bestiaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cestbeaulesreves
  • cestbeaulesreves
  • : bienvenus sur ce blog dédié aux mythes, contes et légendes classiques mais aussi à la fantasy et à la science fiction (notamment contes de SF et suites futuristes de légendes, dans mon livre "Les mémoires du galaxytime").
  • Contact

Recherche

Thèmes