Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 16:32

 

 

Cela faisait un moment que je ne vous avais pas publié d’histoire de héros légendaire aux muscles saillants et aux mains épaisses tâtant de l’acier. J’ai pensé que cette période de fêtes hivernales était l’occasion d’y remédier en parlant de la légende alsacienne de Wolfdietrich , il est un de ces nombreux « guerriers en sommeil », mais cette histoire traite également de créatures féeriques .

 

 

 

 

LA JEUNESSE D’UNE LEGENDE

 

Les circonstance de sa naissance sont déjà à elles seules romanesques : imaginez la princesse Hildegonde, séquestrée par son père dans son château de Sanech. Seulement voilà, elle fréquentait depuis un an un homme en cachette. Ce dernier, Hugdietrich, était parvenu à se déguiser pour se faufiler incognito dans le château.

Craignant un scandale, Hildegonde abandonna une nuit dans les fossés du château l’enfant qu’elle venait d’avoir avec Hugdietrich, elle mit un collier au cou de son fils.  Ce bébé fut receuilli par une louve qui l’emmena alors dans la forêt, l’allaita et l’éleva aux cotés de ses louveteaux.

Ensuite Hugdietrich passait par là et , grâce au collier,  reconnut immédiatement son fils. Il déclara alors « mon fils , ton nom sera donc Wolfdietrich ».

 

  Il ramena l’enfant au château, car depuis le temps, la liaison avec Hildegonde était devenue acceptée et sa mère ne subissait plus le couvre-feu de son père.

Mais dans le monde des humains Wolfdietrich fut immédiatement rejeté, y compris par ses frères et son père. Ce dernier missionna un jour un de ses vieux serviteurs pour entraîner Wolfdietrich dans la forêt et l’y assassiner discrètement.  Une fois seul au milieu des bois avec l’enfant, le vieux serviteur aperçut un charbonnier à qui il décida de confier Wolfdietrich : le vieil homme ne souhaitait pas tuer l’enfant.

Dans sa nouvelle famille d’adoption, Wolfdietrich devenait chaque jour plus grand et plus fort, à l’âge de neuf ans, ses prouesses en bagarre glaçaient déjà le sang de tout le monde. Plus tard, lors de son dur labeur de charbonnier et de bûcheron, il parvint à abattre un chêne….. en donnant un coup de poing dedans !!!!!
Son apprentissage était arrivé a maturité, son père adoptif le laissa partir à la découverte du monde.

 

 

La quête

 

Mais Wolfdietrich devait encore mûrir son esprit qui fut bientôt mis à l’épreuve lors d’une soirée estivale : allongé sur une clairière, il vit une fée qui l’emmena dans son palais regorgeant de délices. Il y était choyé par douze femmes à la jeunesse éternelle. Mais aucune ne parvint à charmer à Wolfdietrich qui leur résistait. Même les mets les plus copieux et les plus somptueux ne le tentaient pas.  

Puis Norn, la reine de la montagne, alla voir Wolfdietrich  et lui offrit un vêtement de protection tissé par les nixes, lui garantissant une immunité contre tout type de blessure.

 

 

 

 

 

 

une statue de la nixe Isa http://www.thyrnau.de/index/fotos/Nixe.jpg  : (source image)

 

une autre nixe


source image : http://statics.mangaka.de/mangakade/bilder/just_me/5588/nixe_uberarbeitet_orig.jpg

 

Dans une des versions de cette légende, Wolfdietrich doit aller dans la demeure du nain Billunc, dont l’entrée est gardée par une chute d’eau, c’est pourquoi il lui faut revêtir une cape d’invisibilité….

 

Wolfdietrich savait que la plus belle couronne reviendrait à celui qui aurait raison du « dragonidé » de la montagne avoisinante. Il alla donc trouver le reptile qui l’attendait non loin d’un tilleul.

Lors de ce combat terrible, alors que le monstre allait engloutir Wolfdietrich vivant, Wolfdietrich utilisa son épée en  se frayant un passage à travers le corps de la créature littéralement transpercée et terrassée ….   Wolfdietrich ressortit de l’autre coté , le corps entier enduit du sang de la bestiole. Un seul endroit n’était pas imbibé : là ou s’était collée une feuille du tilleul lors du combat.

Ce bain de sang avait donné a Wolfdietrich une invulnérabilité corporelle totale, et comme il avait avalé quelques gouttes du sang du monstre, il comprenait désormais le langage des oiseaux.

 

 

En récompense, il fut marié à Sidrata, la plus belle princesse. Un soir elle lui demanda d’où il tenait son invulnérabilité. Wolfdietrich le lui expliqua et lui révéla également son point faible : là ou la feuille de tilleul s’était collée.

 

 

 

Le déclin

Elle marqua alors une croix sur tous les habits de son époux, pile à l’emplacement de cette feuille de tilleul, en expliquant à son écuyer de veiller à ce que Wolfdietrich ne soit jamais touché à cet endroit là. Mais un jour de chasse, l’écuyer profita que Wolfdietrich se penchât pour boire :   il envoya Wolfdietrich aux enfers en le frappant avec sa lance, à l’emplacement même de la croix sur le vêtement….….

 

Le retour du guerrier ?

La légende raconte que depuis lors, Wolfdietrich dort avec la main en permanence sur la garde de son épée, entouré de ses frères d’armes. Il se réveillerait tous les cent ans afin de faire une ronde dans les alentours, puis, si il constate qu’il n’y a pas de guerre, il s’endort à nouveau pendant cent ans.   Si en revanche Wolfdietrich réveillé rameute ses compagnons, c’est signe qu’une grande guerre aura très bientôt lieu.

 

 biblio pour cette légende: livre de C. Seignolle sur les légendes, (chapitre "Alsace", ouvrage "contes récits et légendes des pays de France" tome 2), 

wikipédia 

 

MES COMMENTAIRES

Ce qui suit sont mes impressions subjectives, avec la marge d’erreur possible que cela implique…..

 

 

Bien entendu,  on sent clairement que le mythe germano-scandinave de Siegfried/Sigurd n’est pas bien loin…. 

On peut soupçonner également une influence du conte méridional « Jean de l’ours » (articles « jean de l’ours » ici  http://benoitreveur.over-blog.com/article--conte-provencal-jean-de-l-ours-1ere-partie--39257257.html )……

Cette légende de Wolfdietrich laisse également deviner des influences de quelques mythes grecs et romains…. (à brûle pourpoint, j’en vois au moins deux ou trois)

 

Le jeu de rôles « warhammer «  me semble avoir repris ce thème des guerriers endormis/sentinelles.  Un des héros mythiques du jeu est « Sigmar Heldenhammer dont les exploits remonteraient à des siècles avant l’époque du jeu. La légende « rolistique «  conte que Sigmar s’est juste absenté temporairement quelques siècles, le temps de revenir un jour quand les gens auront besoin de lui. 

 

Wolfdietrich était un guerrier d’une grande force physique et d’un grand courage, mais a t-il vraiment réussi avec brio toutes les épreuves  qui testaient son mental ? Que vaut la force physique pour un guerrier qui n’aurait point de stratégie ?   Le Wolfdietrich dormant  représente-t-il un Wolfdietrich transcendé, devenu une sereine (le sommeil)  sentinelle ( la main sur l’épée) qui aurait tiré des leçons de ses aventures  ? ( Il s’agirait donc d’un guerrier dormant continuant ainsi les étapes de sa quête initiatique : d’abord s’aider lui-même et développer son physique, puis dans un second temps cultiver son esprit : canaliser son égo, ses désirs et aider les autres).

 

Cela va sembler pompeux, mais à tous ces sujets, je pense à quelques extraits d’Edda que voici :

 

« Un homme ne sait rien s’il ignore

Que la richesse engendre souvent un singe »

 

 

 Et aussi

 

« Confie tes pensées à un seul, mais méfies toi de deux,

Ce qui est su de trois est connu de tous »

 

Ou encore

 

« à celui –ci ses fils sont une joie, à celui-là

Sa famille, à cet autre sa fortune,

Et à cet autre encore, le bien qu’il a fait »

 

 (source de ces édda :, la version française de l'ouvrage de mythologie d'Edith Hamilton)

 

 Un peu de background historique :

 

Mieux vaut vous renseigner par ailleurs , mais  dans la version germanique, cette histoire serait liée aux princes mérovingiens Théodoric et Théodobert, descendants de Clovis. Wolfdietrich figurerait dans l’ouvrage germanique ancien « Heldenbuch «  (le livre des héros), mais il s’agirait d’un récit fragmentaire. Hugdietrich désignerait l’empereur de Constantinople qui aurait répudié son fils. L’exil et le retour de Wolfdietrich renverraient à l’histoire de Dietrich von Bern, dont la légende serait inspirée. Selon d’autres, Hugdietrich représenterait Clovis, et Wolfdietrich seraitinspiré de Théodobert dont le royaume devint la convoitise de ses oncles.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoitreveur - dans Légendes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cestbeaulesreves
  • cestbeaulesreves
  • : bienvenus sur ce blog dédié aux mythes, contes et légendes classiques mais aussi à la fantasy et à la science fiction (notamment contes de SF et suites futuristes de légendes, dans mon livre "Les mémoires du galaxytime").
  • Contact

Recherche

Thèmes