Dimanche 16 octobre 2011 7 16 /10 /Oct /2011 19:32

 

 

          Atalante reste, dans la mythologie grecque, une des rares ( la seule ?) héroïne dont les exploits, en terme de « grosbillisme », rivalisent avec ceux , plus célèbres, d’un Thésée ou d’un Jason. Son mythe n’est pas non plus dépourvu d’une certaine dimension tragique.

ORIGINE DU MYTHE

On trouve au total 2 Atalante dans les mythes grecs anciens. Il y existerait une version d’Arcadie et une autre de Béotie. Malgré les différences de région et d’époque, les deux histoires d’Atalante comportent tant de similitudes qu’il s’agit vraisemblablement de simples variations sur le même mythe.

Voici quelques auteurs anciens ayant mentionné Atalante : Appolodore, Ovide, Hygin  et probablement Hésiode….

NAISSANCE ET JEUNESSE D’ATALANTE

Notre héroïne serait fille de Jasos  (version arcadienne) ou de Schoenios  (version béotienne). En tous cas son père, déçu d’avoir une fille et non un fils, décida de l’abandonner à sa naissance. Seul dans la montagne, le bébé fut receuilli et nourri par un ours (d’où sa vigueur et sa résistance hors normes). Puis des chasseurs la trouvèrent et l’adoptèrent. Très jeune, Atalante faisait déjà preuve d’une dextérité et d’une endurance dépassant celle de ses pairs chasseurs et forestiers.

L’ATTAQUE DES CENTAURES….

Un jour qu’elle se promenait seule dans la nature, deux centaures (Hyléos et Rhoécos) croisèrent le chemin d’Atalante qui sut garder assez de calme et de prudence pour ne pas fuir (les centaures ont beaucoup plus de force physique et un pas beaucoup plus rapide que des êtres humains athlétiques). Ils tentèrent de violer Atalante qui ne se laissa pas faire , elle tira calmement deux flèches avec son arc : chaque centaure fut tué sur le coup.

  L’ARGOS

On entend parfois qu’Atalante aurait participé à l’aventure de Jason à bord de L’Argos, mais ce passage reste souvent  controversé : selon d’autres, malgré la ferme motivation  d’Atalante, Jason ne l’accepta pas à bord du navire.

LE SANGLIER DE CALYDON


Dans le pays de Calydon , la déesse Artémis avait envoyé un gigantesque sanglier qui dévastait la contrée. Artémis voulait faire payer au roi Oenée  le fait d’avoir oublié de la citer lors des sacrifices divins pour la moisson. Selon les versions ce monstre serait un énorme sanglier, plus gros qu’un taureau, il cracherait feu et foudre possèderait dents et crinière pointues. Le monstre ravageait les récoltes, tuait le bétail et les humains.    Le roi Oenée demanda à un groupe de héros de rétablir la situation, Atalante était de la partie. Cette fière femme des forêts  détonnait dans ce groupe de héros masculins. D’aspect sobre et androgyne, la beauté d’Atalante en séduisit plus d’un, en premier Méléagre, le Fils d’Oenée. C’est grâce à l’insistance de Méléagre que les autres héros finirent par accepter qu’Atalante prenne part à l’expédition.

Le groupe mena une battue et se retrouva face au monstre. A peine encerclée, la bête leur rentra dans le tas et tua net deux des héros. Un troisième homme du groupe périt à cause d’un « jet perdu » de javelot. Malgré le déluge de sang, fer et poussière que devenait ce combat , seule Atalante conserva son sang froid, elle décocha une flèche qui mit le monstre hors de combat. Ensuite Méléagre, qui avait survécu au carnage,  acheva le sanglier avec son couteau. Atalante reçut la peau de l’animal en guise de trophée.

 

 

LA MALEDICTION DES MOIRES

Les oncles de Méléagre estimaient que ni Atalante ni Méléagre n’avaient droit au trophée, ayant eux aussi participé à la chasse du sanglier. Méléagre, follement indigné et épris d’Atalante, tua les oncles querelleurs, ce qui provoqua le courroux de sa mère Althée. Cette dernière sortit aussitôt la bûche maudite des moires.

(En effet voici une petite digression explicative :  lors de la naissance de Méléagre, les moires arrivèrent et jetèrent le sort suivant : dès que leur bûche aurait fini de se consumer, Méléagre mourra,.  Althée, à l’époque,  récupéra et éteignit la bûche à temps puis la rangea en lieu sûr. Fin de la digression…).

Althée jeta la bûche dans le feu, Méléagre agonisa  à même le sol. Plus tard, Althée, par remords de l’avoir tué, se donna la mort par pendaison.

Mais la vie continuait pour Atalante, toujours fière de sa virginité et détestant l’amour

Notre héroïne, à l’esprit très similaire à celui d’Artémis (2), continuait ses pérégrinations.

LE RETOUR AU PAYS D’UNE ATHLETE HORS PAIR

Atalante fit ensuit parler d’elle lorsqu’elle gagna une épreuve de course contre le célèbre Pélée (père d’Achille). Cette rencontre sportive eut lieu lors des funérailles de Pélias ( l’oncle de Jason, l’Argos était alors déjà de retour).

C’est ensuite qu’elle retrouva ses vrais parents , qui cette fois l’acceptèrent chez eux puisqu’elle présentait des aptitudes physiques supérieures à celles d’un athlète homme. Ce coté garçon manqué ne l’empêchait pas d’avoir de nombreux prétendants et de s’habiller de façon féminine. Elle répondait à ses soupirants qu’elle épouserait celui qui la vaincrait à la course à pieds.  Le prétendant, si il perdait se faisait décapiter, tel était le pacte. Elle demeurait tranquille en ce qui concerne son abstinence puisqu’elle gagnait évidemment tout le temps. Toutefois un homme trouva un jour un stratagème…..

LA COURSE ET LES POMMES DOREES  

Atalante était réputée sans égale à la course, à la lutte et dans d’autres épreuves sportives.  Que pouvait donc bien faire un soupirant aux aptitudes physiques très moyennes ?

Cet homme, selon les versions , se nomme Mélanion ou Hippomène. Il alla voir Aphrodite car il savait qu’elle adorait piéger les femmes refusant l’amour et la chair. Aphrodite lui donna trois pommes d’or. L’histoire ne dit pas si oui ou non elles venaient du jardin des Hespérides (1), mais elles possédaient un pouvoir : quiconque les voyait ne pouvait s’empêcher de vouloir les attraper.

Le jour de la course, les spectateurs , et surtout son concurrent, admiraient le corps nu d’Atalante. Ce prétendant ,prêt à démarrer la course, tenait les pommes dans ses mains. Le départ fut lancé, Atalante prenait de l’avance sur son concurrent qui , évidemment, courrait moins vite qu’elle. C’est alors que cet homme lança une des pommes devant Atalante, elle se pencha vite afin de la ramasser. Mais ce moment d’inattention suffit au prétendant pour rattraper Atalante. Il envoya la deuxième pomme sur le coté, de façon à gagner encore plus d’avance sur  Atalante qui effectivement fit ce détour et saisit la pomme, mais elle reprit rapidement du terrain.  Cette fois le prétendant/concurrent lança la pomme complètement hors de la piste.  Atalante, bien que proche de la ligne d’arrivée ne résista pas à l’attrait de cette pomme, cette nouvelle perte de temps fit que son prétendant gagna la course.

 

 

Atalante se saisissant d'une des pommes   (source image qobuz.com  )

 

 

LE DECLIN D’ATALANTE

Elle finit donc mariée à Mélanion/Hippomène. Ils eurent un enfant : Parthénopée (un des futurs « sept contre Thèbes »).

Ensuite survint un jour où Atalante et son époux (victimes d’un sort ? )  se mirent à copuler dans un temple (de Zeus ou d’Aphrodite , selon les versions).  La sanction divine fut immédiate, les deux amants se retrouvèrent définitivement changés en lions.

Le piège amorcé par Aphrodite a donc opéré .  Atalante, qui avait longtemps  fui l’amour et la sexualité, finit donc condamnée pour acte sexuel en plein temple : voilà ce qui me semble représenter un des deux principaux ressorts tragiques de ce mythe…. ….

Note

(1) Ces pommes d’or dans ce mythe évoquent assez vraisemblablement le thème de la tentation.  Si ces pommes s’avéraient bel et bien être celles du jardin des Hespérides, on reste libres de  supposer que cet archétype fut ensuite réadapté par le christianisme avec le « jardin d’Eden » et le « fruit défendu ». A défaut de preuve irréfutable, il existe du moins des ressemblances troublantes :  

le jardin des Hespérides se trouvait gardé par un dragon, qui fut tué par Hercule lorsqu’il s’y rendit.

 - dans le mythe biblique, on trouve une pomme et un serpent. IL s’agit en fait d’un ancien dragon privé de ses pattes car ayant tenté Adam et Eve, sa punition fut de se faire couper pattes et ailes par les anges (doit-on y voir  la raison pour laquelle dans les bestiaires médiévaux chrétiens le terme « serpent » s’interchange souvent avec celui de « dragon » ?)

(2) selon certains spécialistes, Atalante constituerait probablement une variante locale de Diane/Artémis, leur similitude de caractère étant donnée…

 

 

      Biblio :

les ouvrages de mythologie de Commelin, E Hamilton et J Schmidt

 

 

 

 

Par Benoitreveur - Publié dans : Mythes - Communauté : Légende d'ici et d'ailleurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Thèmes

Créer un Blog

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés