Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 23:51

Introduction traductive  

Parmi les divers critères permettant de juger de la qualité d’une traduction, il y a l’aptitude à clarifier certaines possibles maladresses et altérations du document source (dans les cas où le document présente quelques imperfections mineures), parfois aussi le niveau d'aptitude à expliciter ce qui peut être implicite ou confus, toujours en respectant le sens du document d’origine (le texte source). Il convient donc de faire ressortir clairement les sous-entendus, quand c’est possible, sans pour autant tomber dans la surinterprétation.

Dans les travaux de transcription et traduction de documents divers (écrits ou audio) on procède d'une certaine manière. Traduire c’est restituer, faire ressortir. Le travail de restitution implique la mise en lumière de tout ce qui est exploitable dans le document original.

De plus une bonne traduction ne doit presque pas donner la sensation d’être une traduction. Le texte d’arrivée doit être si fluide que le lecteur doit avoir l’impression de lire un texte écrit dans sa langue d’origine. Les phrases doivent être bien tournées, bien structurées. Il convient d’adapter la phraséologie aux structures linguistiques du texte d’arrivée (le texte cible).

Traduire un texte du germanique ancien vers le français implique un double défi en termes d’interculturalité. Le décalage culturel est à la fois linguistique et temporel. J’ai opté pour la double traduction afin de satisfaire à cette double nécessité. La version médiévalisante n’est pas du vieux français mais respecte la phraséologie et le ton du texte original (avec parfois des accents poétiques). Elle est donc médiévalisante, et non pas médiévale (puisque cette double traduction est récente). La version pragmatique moderne restitue elle aussi l’idée du texte d’origine et utilise des formulations adaptées aux repères du lecteur du 21ème siècle. Elle conviendra particulièrement aux gens qui aiment la technicité et les approches pragmatiques.

Comme le montrent certaines des notes de cette double traduction, il convient, pour traiter de l’interculturalité dans le processus de traduction, de tenir compte de la culture linguistique du texte source.

Selon les planches et les circonstances un même terme ne sera pas forcément traduit de la même manière. C’est normal. Les planches de l’art de Talhoffer présentent souvent des principes ayant divers niveaux de lecture et d’application.

Enfin il existe une grande différence entre traduire et interpréter, chacune de ces deux activités ayant ses raisons d’être. Le traducteur veille à conserver une certaine neutralité par rapport au texte qu’il traduit.

Par Benoit Rêveur, année 2016

Ce petit article est extrait de la double traduction française du Talhoffer livre vom Stain. Les renseignements à ce sujet sont disponibles sur ce lien http://benoitreveur.over-blog.com/2016/10/talhoffer-livre-vom-stain-retour-sur-la-double-traduction-francaise.html

 

 

 

Talhoffer livre vom Stain: introduction de la double traduction française

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoitreveur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : cestbeaulesreves
  • cestbeaulesreves
  • : bienvenus sur ce blog dédié aux mythes, contes et légendes classiques mais aussi à la fantasy et à la science fiction (notamment contes de SF et suites futuristes de légendes, dans mon livre "Les mémoires du galaxytime").
  • Contact

Recherche

Thèmes